Lundi 16 avril 2012 1 16 /04 /Avr /2012 09:55

François Rossé, à propos d'aspaldian…
F RosseP HOTO ICB
"Interroger l’homme, c’est interpeller ses racines, ses origines les plus lointaines. Si l’homme a su fabriquer une flûte à partir d’os de vautour c’est aussi cet os et son vautour qui ont imposé une certaine démarche, un aller-retour dans la nature, nature inhérente à l’homme aussi. Cette flûte est un métissage au niveau biologique, logique vitale qui alterne prédation et partage.
Cette proposition s’ouvre davantage encore vers un métissage avec un bout du ventre de la Terre, cette grotte d’Isturitz, reliant ainsi la biologie à la géologie. Le temps semble ici particulièrement compact, 40 000 années entre ces os percés et le déroulement des séquences électroacoustiques, mais l’homme a t-il vraiment changé en tant d’années ?
Techniques et sagesse sont des concepts bien indépendants en interrogeant les vautours qui ont permis ce jour d’épouser un moment de grand partage."
François Rossé

Parcours :

Autodidacte ayant intégré le conservatoire à 17 ans,  François Rossé remporte un premier prix du Conservatoire de Strasbourg (piano) et les 1ers prix d'écriture, d'analyse et de composition au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris (classe d'Olivier Messiaen et de Betsy Jolas). François Rossé est aussi lauréat de prestigieux prix tels que le concours national "musique et informatique" présidé par Iannis Xenakis, le Concours International de Composition de la Hochschule der Künste de Berlin, le Prix National de la Sacem 1994 pour l'ensemble de sa production… etc.
En 2004, son répertoire se portait à plus de 400 œuvres jouées sur le plan international par des formations réputées.
Des formations classiques aux musiques urbaines, son œuvre et ses expériences sont extrêmement diverses, mettant en confrontation différentes cultures ou environnements sociaux, et son engagement à travers les musiques improvisées ouvre ses rencontres sur des mondes poétiques d'artistes et de disciplines artistiques les plus variées…

Mixel+François


Extrait d'un entretien avec François Rossé en 2010 (par Ensemble contemporain Montréal).

A la question, votre esthétique musicale en quelques mots, François Rossé répondait ceci :
"Après avoir obtenu le diplôme sur épreuve de « Maistre dégustateur d’aligot des buronnies du Cantalès » (l’aligot étant un fromage de la montagne Aubrac dans le Massif central en France) j’ai eu aussi droit à l’intitulé « compositeur écolo-préhistorique »
A vrai dire, plus qu’une esthétique, c’est une démarche que je ne regrette toujours pas d’avoir fait, dès que j’ai quitté les études officielles : cette démarche se résume à la question de savoir comment l’Homme depuis les cavernes préhistoriques a-t-il fait pour dompter les phénomènes sonores pour les exploiter dans ce qui deviendra une culture... des grottes préhistoriques à la 9ème de Beethoven et à nos jours... que s’est-il passé ? Cette question n’est pas innocente elle oblige l’analyse de ce qui appartient à l’humain globalement et de ce qui relève des spécificités culturelles. Aujourd’hui, les confrontations culturelles sont imparables, un créateur ne peut s’y soustraire, il y a donc là une approche qui peut être fertile et qui interpelle aussi la question de l’oralité, car la notion de musique contemporaine d’aujourd’hui (2010) n’est pas exclusivement rivée à l’écriture. La notion de musique peut aussi se conjuguer dans l’oralité il me semble et dans certaines situations cela est même inévitable actuellement (à moins de s’enfermer dans un protectionnisme exclusivement occidental)."

 

Retour article principal création ...aspladian...

Par Espace Culturel Arts et Sciences
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés